English / Español / Português / Français

>>>>>>>>>>>>>>>>>

Numéro II, Français

Février 2011


Sommaire

#000 Éditorial

#001 Vaincre la peur de la solitude

#002 Sexualité comme moyen de communication

#003 Je suis séropositif

#004 Construction des coalitions entre universitaires et nouveaux mouvements sociaux

#005 Test de charge virale et Accès

#006 Publication importante sur la santé et le VIH

#007 Remerciements


Numéros antérieurs
À propos de Sense
Accueil MSMGF
Nous contacter

#000

Éditorial : Traitement des HSH vivant avec le VIH
Par Qiu Feng


 

 

 

 


À PREMIÈRE vue, les services chinois pour les personnes vivant avec le VIH peuvent paraître assez impressionnants. Nous disposons d’une politique de traitement complet du Sida dénommé « Gratuité et prise en charge ». Nous avons même des hôpitaux spécialisés de traitement du Sida avec des médecins expérimentés. Mais malgré tout ceci, ceux d'entre nous qui vivent avec le VIH continuent d’être victimes d’un mauvais traitement et vivent des expériences difficiles, ce qui crée beaucoup de tristesse et de colère pour bon nombre d'entre nous.

À la fin de 2009, un de mes amis s'est fracturé la cheville. Il devait être opéré. Dans le cadre du protocole standard de préparation, les médecins ont testé son sang. Les résultats étaient prévisibles : les médecins ont découvert qu'il était séropositif. Ils voulaient qu’il quitte leur hôpital pour se rendre dans un autre établissement spécialisé dans le traitement du Sida. C'est ce

L'article continue arrow

 

QiuFeng

Qiu Feng, courtoisie de Qiu Feng.



qu'il a fait et il a finalement été traité pour sa blessure. Mais il s’agissait là d’une terrible épreuve remplie de rejet et de discrimination.

Ce fut ma toute première expérience des injustices que subissent les personnes vivant avec le VIH en Chine. Depuis l'expérience de mon ami, j'ai entendu tellement d'histoires d'amis vivant avec le VIH relatives aux écarts majeurs dans les services et les soins. Il n'y a pas de protection effective de la vie privée des personnes vivant avec le VIH, ce qui pousse de nombreux HSH à se rendre dans d'autres villes pour des besoins de consultation ou à renoncer carrément au traitement. Par ailleurs, la discrimination dans le domaine de l'emploi s'est intensifiée dans les secteurs public et privé : le dépistage du VIH est désormais requis pour postuler à un emploi dans la fonction publique, à un poste d’enseignant ou dans de nombreuses entreprises privées. Les personnes vivant avec le VIH sont constamment refoulées par les hôpitaux, sous le fallacieux prétexte qu'il n'y a pas assez de lits ou qu'il n'y a pas de spécialistes pour faire face à leurs « situations ». Tous ces cas de figures – violations de la confidentialité, dépistages obligatoires auprès des employés, refus de traitement médical fondé sur le statut VIH – sont en totale contradiction avec les lois chinoises et ne semblent poser aucun problème.

Ce numéro de SENSE se focalise sur l'accès. Il s’agit d’une question importante pour les HSH vivant avec le VIH en Chine. De mon point de vue, si nous avions accès à des ressources juridiques appropriées,




nous serions en mesure de défendre les droits qui nous sont conférés par la loi chinoise afin d'améliorer considérablement notre qualité de vie. Cette publication de SENSE offre un large éventail d'histoires sur les divers types d'accès pour les HSH vivant avec le VIH dans différents pays. Il explore également les différentes perceptions de la notion d'accès dans les relations, les communautés et l'amour, ainsi que les nombreux obstacles spécifiques auxquels nous sommes confrontés.

De la Colombie, Juan Calderon écrit au sujet de la nécessité de surmonter le stéréotype selon lequel les HSH vivant avec le VIH ne peuvent pas entretenir de saines relations avec d’autres HSH, qu'ils soient séropositifs ou séronégatifs. Matthew Thomann examine les opportunités créées par un fort sentiment de communauté parmi un groupe de HSH en Afrique occidentale. Carlos Rivas, un Vénézuélien résidant à Toronto, traite de la nécessité pour les hommes gais d'envisager leur sexualité comme un moyen de communication positive et d'auto-expression. Plusieurs d'entre nous peuvent s'identifier à ces histoires. Comme les autres contributeurs à ce magazine, j'espère que cette deuxième édition de SENSE permettra de démarrer des discussions sur l'état de l'accès aux soins de santé, les relations et la communauté des HSH vivant avec le VIH avec nos proches et dans notre société au sens large.eorange

msmgflogo
FRANÇAIS

>>>>>>>>>>>>>>>>>>

© 2011 Forum mondial sur les HSH et le VIH (MSMGF). Tous droits réservés.